Sous le haut patronage de Madame Aurélie FILIPETTI 

Ministre de la culture et de la Communication

 

Mercredi 10 octobre à 20h 

Grand salon, Hôtel de Ville de Metz

 

CONFÉRENCE

Les origines de l’humour juif

par 

Judith STORA-SANDOR

 

Professeur émérite de littérature générale et comparée (paris VIII), auteur de « L'humour juif dans la littérature, de Job à Woody Allen » (Puf - 1984), «Isaac Babel, l’homme et l’œuvre, Paris, Klincksiek, 1968

A paraître en novembre 2012 : Le Rire élu, Anthologie de l’humour juif dans la littérature mondiale, NRF, Gallimard

Judith Stora-Sandor est membre fondateur du CORHUM, association pour le développement des recherches sur le Comique, le Rire et l'Humour créée en 1987. Le CORHUM a pour but de promouvoir toutes études, recherches, travaux portant sur le comique, le rire et l'humour dans tous leurs aspects : littéraires, linguistiques, historiques, sociologiques, anthropologiques, psychologiques, graphiques. L'association a organisé neuf colloques internationaux, elle publie la revue semestrielle Humoresques soutenue et diffusée par les éditions de la Maison des sciences de l'homme.

 

J.E.C.J.-Lorraine en partenariat avec l’association  FORUM  LES DÉBATS

 

 

Capture d’écran 2012-10-09 à 18

 

« … L'humour juif prend ses racines dans la littérature biblique et surtout talmudique, aussi bien dans son expression formelle que dans son esprit. Il ne peut en être autrement dans le cas d'un peuple qui s'est nourri pendant des siècles de cette littérature.

De nombreuses générations de Juifs, introduits à un âge très jeune dans les méandres des discussions talmudiques, ont fini par acquérir une habitude mentale qui consiste à examiner les choses sous tous les angles, à tirer des conclusions abstraites à partir des faits concrets, à raisonner a fortiori, à interpréter, à spéculer et à trouver la réponse la plus subtile aux questions les plus complexes…

 

Ce penchant à la spéculation qui finit par devenir une véritable obsession fait des personnages juifs les champions de l'incertitude… »