Nous étions 8 inscrits mais par un prompt renfort nous étions 28 au départ du Rimport.

000035

Le ciel bleu et le soleil nous ont accompagnés tout le long de la journée et ont contribué à la bonne ambiance.

Tous les membres de la communauté étaient là pour nous accueillir et nous avaient préparé sous la houlette de Mme Reine Bendelac, une délicieuse et superbe collation .

Collation

 

A notre arrivée au village des Eparges, Mr Bendelac président et Mr Blacharz vice-président de la Communauté de Verdun nous attendaient en compagnie de Mme Patricia Pierson, épouse du colonel Pierson directeur du Mémorial de Douaumont.

000034

Cette dame nous a raconté comment le village rasé par les bombardements a pu être reconstruit.
Le jeune lieutenant Dreyfus né en Angleterre mais de nationalité française s'était engagé dans l'armée française et il a été tué au combat en 1915. Il a d'ailleurs reçu à titre posthume, la légion d'honneur. Des amis juifs hollandais,  les Van Wezel, ont voulu aider à la  renaissance du village en souvenir de son sacrifice. Ils ont fait une donation de 500.OOO francs or et ont permis la reconstruction, en particulier du presbytère et d'une église dédiée entièrement au souvenir des combattants ayant trouvé la mort durant ces dures batailles. Ces bâtiments le furent  grâce à Mr l'abbé Tripied qui a reçu 500.000 francs. Lors de son voyage en bateau, le Rotterdam, pour assister à  la pose de la première pierre, Mr Van Wezel est malheureusement décédé. C'est Mr Ascher, son ami, qui a continué son action.

Nous avons pu voir la plaque commémorative, et Mme Pierson trés impliquée dans la préservation et la transmission du souvenir de toute cette période a su nous faire  partager son émotion.
Il est trés difficile de réaliser que cette bataille de Verdun du 21 février au 17 décembre 1916, fit 720 000 victimes françaises et allemandes. 43 000 000 d'obus furent tirés.

drapeau

La visite se poursuivit vers Fleury, à travers tous ces paysages encore torturés par les traces des combats.  Sous la houlette du général Henry, un autre passionné qui nous a beaucoup intéressés. Nous avons passé un moment devant le monument israëlite inauguré en 1938, qui fut bizarrement protégé par une armature de bois installée par les occupants allemands durant la deuxème guerre mondiale.

000031

Mr Bendelac a rappelé son histoire et aussi le fait qu'il ait été profané en 2005 et promptement nettoyé. Une cérémonie fut organisée par la suite en présence du ministre des anciens combattants.  Puis ce fut l'Ossuaire de Douaumont, en forme de poignée d'épée, la tour étant le pommeau et le bâtiment tout en longueur, qui abrite l'Ossuaire étant la garde. Symboliquement, la lame est enfoncée dans la terre de France.

Ossuaire

Au musée du  Mémorial de Douaumont  nous avons assisté à la projection d'un film retraçant ces terribles événements.

 

 

 

La pause-repas, au soleil, devant l'Abri du Pélerin, fut bienvenue pour nous détendre aprés toutes ces émotions.

000039

Ensuite, nous avons gagné la citadelle souterraine de Verdun avec de nouveau un musée trés intéressant et trés touchant avec d'humbles objets ayant appartenu ou ayant été fabriqués par les hommes qui se battaient là, des lettres, des uniformes, des armes.

 

000026

Puis ce fut le voyage en wagonnets si réaliste avec les vidéos semblant en relief,  les mannequins qui paraissaient bouger dans le cadre reconstitué de leur vie,  dans ces souterrains qui résistèrent à tous les bombardements et furent le centre nerveux de l'armée française.
La fin de la journée fut inoubliable. Nous sommes arrivés devant la jolie synagogue,  toute rose au soleil couchant. Mr Bendelac en fit l'historique et nous rappela que la communauté de Verdun était avant-guerre la première de Meuse et que le Grand-Rabbin de Meuse logeait dans la maison à côté de la synagogue. Elle est aujourd'hui classée mais en trés mauvais état.

000025

Nous avions le plaisir de compter dans notre groupe 3 Luxembourgeois dont le hazan Mr Michel Heyman et son épouse. Mr Heyman fit l'office de Min'ha de la belle voix que nous lui connaissons et ce fut aussi un moment d'émotion partagée.

000022

Photos Annie Ditesheim

Il nous restait à remercier bien sincèrement nos hôtes, nos guides en espérant les voir bientôt à Metz.
La tête pleine d'images fortes et le coeur plein de sentiments contradictoires : joie et émotion.
Je voudrais terminer par cette citation de Maurice Genevoix à propos de la guerre 1916-1918 :

 

"Ce que nous avons fait, c'est plus qu'on ne pouvait demander à des hommes et nous l'avons fait".

 

 

 

 

Annie Ditesheim