Cette rétrospective, qui s'étend de 1996 à 2007 se divise en plusieurs messages.  Francine Bloch en est la rédactrice, les illustrations photographiques proviennent pour la plupart de sites internet qui sont mentionnés  ainsi que leurs auteurs, dans le message et dans les liens.

Genèse

En 1996, Mme Claude Bloch, pour le « Bnai Brith René Hirschler » de Strasbourg, met en œuvre les Journées portes ouvertes du patrimoine juif alsacien. Le succès de cette manifestation, dépassant toutes les prévisions, motive les organisateurs pour la renouveler d’année en année, en développer le programme… et inciter d’autres départements à initier de semblables opérations.

fascicule1

Fascicule présentant le programme

         des Journées européennes de la culture juive

Ainsi, dès janvier 1999, le Consistoire israélite de la Moselle accepte le rôle de coordinateur entre les communautés juives du département et le comité d’organisation basé à Strasbourg. Des liens sont établis avec les présidents des différentes communautés de Moselle. Cependant, en raison du choix de la date du 29 août 1999, retenue pour la tenue de la journée, les prises de contact avec les services du tourisme de la Région et du Département se révélèrent trop tardives pour cette année-là. Elles serviront, en revanche, pour les années suivantes.

                                                      

1999

Le 29 août 1999 a lieu la première Journée portes ouvertes du patrimoine juif de la Moselle. Elle est organisée par le vice-président du Consistoire, Jacques Bloch, et son secrétaire, Dany Rosenfeld. Le « Bnai Brith Élie Bloch » et le « Bnai Brith Armand Kraemer » de Metz en sont les partenaires.

Douze communautés prennent part à cette première manifestation mosellane : Bitche, Bouzonville, Delme, Forbach, Hellimer, Lixheim, Metz, Phalsbourg, Saint-Avold, Sarrebourg, Sarreguemines et Thionville.

Les bénévoles, pour assurer les visites des sites ouverts au public (synagogues, cimetières…) sont nombreux et, à la vérité, vite un peu dépassés par les foules de visiteurs, curieux et intéressés, qui se pressent, démontrant ainsi l’attente réelle de la population non - juive.

Si cette manifestation inaugurale revêt un côté « amateur » et bon enfant, un rien chaotique parfois, elle n’en reste pas moins extrêmement conviviale, sympathique et chaleureuse.

Francine Bloch

Boulay

Synagogue de Boulay